A, B or C ? Make it a movie!


Les classifications et les niveaux d'exigences des différents tests de langue (que ce soient les DELF, TELF, SLE for Government workers) peuvent paraître un peu...farfelus?


Or, il est crucial que vous compreniez exactement ce qui est attendu de vous pour réussir. Voici comment vous pouvez décider de voir les choses:


Le niveau A permet de faire une photographie (une photo floue, pour préciser) : c'est immobile, descriptif. On n'a pas de contexte pour comprendre les environs du moment de la photo. On ne sait pas ce qui se passe avant ou après la photo, ni même en dehors du cadre. On ne sait pas qui a pris la photo, qui s'exprime en prenant cette photo, pourquoi cette photo a été prise.



Le niveau B permet de mettre cette photo en mouvement pour en faire un film. Une histoire apparaît, avec des personnages, des intentions, des dialogues, des contextes. Les pronoms compléments vous servent à construire des interactions, les temps du passé à donner une épaisseur à vos personnages et à leurs histoires. Le discours indirect vous permet de faire parler les personnages, le subjonctif de leur donner des émotions et des intentions. Enfin, les mots logiques vous permettent de disposer toutes ces diapos individuelles pour que l'histoire qu'elles racontent toutes ensembles aille quelque part.

Tout comme dans les bons films, où on reconnaît l'oeil du cinéaste, une bonne interaction de niveau B me donne quelques clés de compréhension sur la personne qui parle.


Le niveau C, enfin, vous place dans la peau d'un critique de cinéma. Vous n'êtes plus seulement en train de réaliser un film, non. Vous êtes en train d'en parler et de l'analyser et de le commenter! C'est le niveau du Metavers de la langue, vous passez de l'autre côté de la Matrix.


Dans le niveau C, vous êtes capables de donner un point de vue, de le soutenir et de le nourrir d'exemples. Vous êtes capables de faire des va-et-vient entre abstrait et concret, oui et non, général et particulier, réel et idéal, exact et supposé.

Vous n'êtes plus seulement capables de faire des généralités, mais de dire que vous faites des généralités en même temps que vous les faîtes. Vous ne donnez pas seulement votre opinion (ex: "je ne pense pas que ce soit une bonne idée"), vous êtes capables de juger l'opinion que vous donnez (ex: "c'est peut-être ridicule mais je ne pense pas que ce soit une bonne idée"). Vous êtes même capables d'anticiper la réaction de votre interlocuteur (ex: "vous allez peut-être penser que je suis folle, mais je ne pense pas que ce soit une bonne idée").

Vous êtes capables de changer de point de vue, tout comme un critique de cinéma est capable d'utiliser différents angles pour donner une analyse complète des différentes parties du film: les acteurs, la musique, la photographe, le scénario, les effets spéciaux...



Si vous n'avez pas une idée très claire de à quoi ressemblent des débats de critiques de film -et de culture en général, vous pouvez écouter quelques épisodes du Masque et la Plume, sur France Inter (une radio française).

Je vous préviens : ces critiques-là sont pratiquement des clichés d'eux-mêmes tellement ils incarnent leurs rôles de critiques...mais ils sont vraiment un bon exemple d'argumentation!




314 views0 comments

Recent Posts

See All